La joie imprenable

Croix victorieuse Pâques 2020 centresevres

Avons-nous le droit de laisser éclater la joie de Pâques alors que le monde est en proie à une grande détresse ? Cette joie ne risque-t-elle pas dans ce contexte d’avoir quelque chose de déplacé, d’irréel, voire de tout à fait illusoire ? Mais la jubilation de Pâques n’a rien de tapageur ; ce n’est pas l’excitation de la victoire d’une force sur une autre, triomphe d’autant plus fêté qu’il est tout à fait réversible. La joie de Pâques tient à ce qu’on découvre que les forces de néantisation sont retournées : la mort et le mal, bien réels, sordides et ravageurs, assumés en Christ, sont naissance, vie en Dieu.

Ceux qui connaissent au long cours de grandes précarités le savent depuis longtemps, c’est peut-être pourquoi, à l’étonnement de tous, ils sont capables d’une joie pleine et entière au milieu même du malheur. C’est le moment, pour nous, en ces temps de calamité, de redécouvrir cette joie imprenable, habitée par l’Esprit.

Les petits textes spirituels que nous vous proposons parlent de cette joie étonnante. Les podcasts de la semaine ainsi que les articles permettent soit d’en approcher l’étonnante manifestation (soirée Jean de la Croix, texte de Claire Anne Baudin sur la naissance), soit ramènent aux questions présentes (texte de Stéphane Joulain sur les abus, conférence sur la doctrine sociale, soirée sur un diaconat au féminin, article de Christoph Theobald sur le concile). Voir tous les articles

Que cette semaine soit pour vous, toute imprégnée de cette joie de Pâques et ouverte à son travail en profondeur !

Étienne Grieu, sj
Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris