Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

Peter GALLAGHER
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

La plus difficile est préférable. L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Le présupposé est que les copistes médiévaux sont plus susceptibles d’avoir substitué à des mots inattendus des expressions plus familières et moins controversées, que l’inverse.

Le frère David-Marc d’Hamonville, ancien père-abbé d’En-Calcat, a donné la conférence de la rentrée au Centre Sèvres le 19 septembre. Ce bibliste acclamé nous a exhortés à lire la parole de Dieu avec beaucoup d’attention. Le frère David a élargi l’idée que la plus difficile est préférable en un principe général d’interprétation de la Bible. Nous ne devrions pas hésiter à essayer de donner un sens aux passages bibliques qui décrivent la violence et le chaos. Ces textes sont peut-être les plus utiles à nos contemporains dont la vie est violente et chaotique. Nous ne partageons pas fidèlement l’enseignement de Jésus si nous supprimons les sections dans lesquelles il est décrit parlant ou se comportant de manière déroutante.

La plus difficile est préférable pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?  Non, bien sûr, si cela nous conduit à être obscurs pour le plaisir de le faire. La clarté de la pensée et de l’expression est l’un de nos objectifs. Mais nous n’avons pas peur devant la difficulté. Notre communauté s’engage à rechercher la compréhension sur des sujets et des questions souvent jugées difficiles. Nous ne sommes jamais satisfaits des réponses faciles.

Peter Gallagher, sj, doyen de la faculté de philosophie

Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Dernières actualités

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

Enseignements ouverts au public : comment trouver le cours qui vous convient ?

Les cours universitaires du Centre Sèvres sont en grande partie ouverts au public. Inscrivez-vous librement et bénéficiez d’un enseignement de haute qualité, auprès d’enseignants-chercheurs experts en leur domaine et sur un campus à taille humaine. Il est possible d’effectuer une recherche sur notre site en fonction de vos critères pratiques ou d’intérêt personnel. Découvrez ici comment vous orienter en quelques clics.

A voir aussi