Du père Jacques Sommet, jésuite (1912-2012)

« Chrétien, sois fidèle à toutes les exigences de la vie ; alors tu apporteras la joie ; car tu révéleras à tous les actifs qu’au creux de leurs actes gît un espoir plus grand que les résultats qu’ils obtiendraient en se refermant sur leurs travaux comme la bête sur sa proie. Chrétien, ne trahis pas ton message, unique et dernier salut, en oubliant l’effort de toute la terre vers son unité ; car c’est dans sa tension que Dieu s’insère et crée nos libertés.

::

Tu as besoin des plans les plus vastes élaborés par tous les hommes, tu dois te porter aux plus fraternels pour te donner à Dieu à sa mesure et non selon l’idée toujours bornée que tu te fais de Lui. La fidélité à l’homme t’oblige à découvrir non en toi mais au sein de ses projets, de ses passions, de ses aventures, même pitoyables, l’Appel qu’il ne sait pas discerner par lui-même. […]

::

Quel homme, qui de nous, rescapés de Dachau, pourra se défaire de l’angoisse qui lui traîne au coeur? Car pourra-t-il jamais savoir s’il est revenu vivant pour avoir refusé le service qui l’eût couché pour toujours dans le commun sommeil des disparus ? Au moins trouve-t-il dans ce doute tenace la résolution de travailler de toutes ses forces à l’oeuvre que leurs mains seraient seules dignes d’accomplir. »

::

Christus, année 1977, p. 253

::

::

Le Père Jacques Sommet est décédé à Lille le 23 octobre dernier. Ancien résistant, déporté au camp de Dachau en 1943 avec Edmond Michelet, il fut un homme de foi et de dialogue, un penseur engagé dans les combats de l’Eglise et de la société. Philosophe, il enseigna au Centre Sèvres, dont il fut le premier directeur en 1974.

::

Une messe à sa mémoire sera célébrée en l’Eglise Saint-Ignace, à Paris, le jeudi 8 novembre à 18h30.