Des oreilles pour le déconfinement

photo Etienne Grieu - Recteur Centre Sèvres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

La perspective du déconfinement se rapproche, même si beaucoup d’inconnues demeurent sur sa progressivité et sa forme. Retrouverons-nous un jour « la vie d’avant » ? Ce n’est pas sûr, et puis, est-ce souhaitable ? Mais qu’est-ce qui pourrait changer dans l’après Covid-19 ? C’est en partie à nous de le décider et de le mettre en œuvre, à partir de l’expérience de vérité que le confinement nous fait faire.

Des questions nous sont renvoyées : nous laisserons-nous gagner par la peur des autres ? Continuerons-nous à développer cette sensibilité à ceux qui souffrent et à ceux qui prennent soin d’eux ? Allons-nous trouver d’autres rythme de vie ? Quelle considération cultiverons-nous pour tous ceux qui remplissent des tâches modestes, mais sans lesquelles le chaos gagne ? Notre regard sur notre environnement et notre actualité va-t-il se modifier ?

Avec cette Newsletter, peut-être pour nous préparer au déconfinement, nous retrouvons des grandes questions qui travaillent les croyants : quelle place faisons-nous aux femmes ? quelle importance donner à la recherche de l’unité des Eglises ? Comment les populations les plus modestes contribuent-elles à l’élaboration d’un langage de la foi ? Nous vous invitons également à relire le débat qui a traversé l’Eglise à l’occasion du synode sur la famille. Voir tous les articles

Et puis nous vous partageons également ce magnifique concert – violon, harpe, et… textes de Teilhard – donné dans l’église St Ignace à l’occasion du colloque Teilhard de Chardin sur la conscience, le 29 novembre dernier.

Bonne écoute. Préparons nos oreilles pour le déconfinement !

Étienne Grieu, sj
Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.