Communion dans le confinement

photo Etienne Grieu - Recteur Centre Sèvres

En l’espace de quelques jours, notre vie a été bouleversée. Qui aurait imaginé une chose pareille il y a seulement un mois ? S’ouvre pour nous une période étonnante, avec un avenir impossible à prévoir, dans des espaces réduits où chacun est contraint d’inventer de nouveaux rythmes de vie et de travail, le tout sur fond d’inquiétude, avec mille questions en tête sans réponse et la profonde frustration d’être séparé d’êtres chers.

C’est à cause de tout cela que nous avons décidé, pour la période du confinement, de passer à un rythme hebdomadaire pour la diffusion de cette lettre : nous vous partagerons, à travers podcasts et textes, de quoi revenir à des fondamentaux qui aident à prendre de la distance, faire retour à l’essentiel, élargir les horizons, affronter sereinement à ce qui se présente.

Au menu cette semaine : la réflexion de Jean Louis Chrétien sur la fragilité ; le travail du bibliste Daniel Marguerat sur Jésus de Nazareth. Une soirée avec le philosophe Hartmut Rosa, sur ce phénomène de « résonance » qui fait que nous vibrons à notre environnement. Et puis, une réflexion de Philippe Charru qui, à partir de la musique, renvoie à l’expérience d’être au monde, « appuyé et pourtant sans appui ». Eric Charmetant aide à penser la différence homme-animal. Et Patrick Goujon nous introduit à la manière d’Ignace de s’adresser à ses contemporains et de cultiver leur liberté intérieure.

Nous vous proposerons également chaque semaine un texte spirituel – cette fois-ci de François de Sales – un film, et peut-être même, une bande dessinée.

Bonne semaine, dans cette étonnante communion que crée le confinement.

Étienne Grieu, sj
Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris