Carême prophylactique ? 

Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Nous entrons dans le temps du carême en même temps que dans la peur de l’épidémie. Sans doute avions-nous besoin de sortir de l’imaginaire d’aventuriers qui tracent leur route seuls en laissant derrière eux obstacles et adversités vaincues. Ce petit virus couronné vient nous rappeler sans ambages que nous sommes de la même famille, reliés les uns aux autres pour le meilleur et pour le pire. En fait, plus que simplement reliés : dépendants les uns des autres, respirant le même air, soumis aux mêmes contagions – là encore, pour le meilleur et pour le pire.

Peut-être cela invite-t-il à un carême qui soit moins une lutte en solo contre nos propres travers et tout ce qui en nous est piégeux, et davantage un combat pour retrouver tous ceux dont j’ai oublié qu’ils sont ma sœur, mon frère. Simplement les rejoindre, pour le plaisir de se souvenir que nous sommes du même sang et de la même terre, qu’un même souffle nous anime, que l’espérance qui nous soulève, passe par leur présence, leur regard et leur vie.

Quand un lépreux se présente à Jésus et le supplie d’être guéri, celui-ci a ce geste étonnant de s’avancer vers lui pour le toucher (Mc 1, 41). Il savait, pourtant, qu’en faisant cela, il se souillait et devenait lui-même impur – aujourd’hui, on dirait : contagieux. Et pourtant il prend ce risque, réintroduisant cet homme dans l’humanité qui peut s’embrasser. Et quand le contact est ainsi rétabli, tout se passe comme si la vie divine pouvait à nouveau circuler : l’homme malade est guéri.

Je vous souhaite un carême pas trop prophylactique – j’espère – mais surtout fraternel !

Étienne Grieu, sj
Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Dernières actualités

« Un don pour une bourse peut sembler un petit acte, mais cela a un impact énorme sur ma vie »

Etudiant depuis un an en 1er cycle au Centre Sèvres, Polseng a bénéficié d’une bourse d’études financées par les dons au Centre Sèvres. Il témoigne de son expérience et remercie les bienfaiteurs qui lui ont permis de venir se former à Paris. Cette étape sera déterminante dans sa formation, son cheminement vers l’ordination, et ses engagements futurs.

Le Centre Sèvres recrute un(e) hôte(sse) d’accueil

Situé dans les locaux du Centre Sèvres (Paris 6è), le poste est proposé en CDI à compter du 1er septembre 2022. Au sein d’une équipe administrative dynamique et polyvalente, l’hôte(sse) d’accueil est à l’interface entre les publics très variés du Centre Sèvres : auditeurs, étudiants, religieux, laïcs, partenaires… Aisance relationnelle, rigueur et capacité d’adaptation sont les qualités qui vous permettront de vous épanouir dans ce poste.

Au service de l’Eglise et de la société

Dans notre monde en pleine mutation, le Centre Sèvres est plus que jamais relancé dans sa vocation fondamentale. Elle consiste à former des étudiants qui préparent des diplômes canoniques en philosophie et en théologie, ainsi qu’un large public d’auditeurs, qui désirent acquérir des repères pour penser et agir dans l’Église et le monde qui vient, dans l’esprit de la pédagogie ignatienne. Pour honorer sa mission, le Centre Sèvres présente au programme 2022-23 quelques 350 propositions ouvertes au public…