Quel bien commun à l’heure de la montée des nationalismes ?

Quel bien commun à l’heure de la montée des nationalismes ?
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Enseignement social de l’EgliseEthique PubliquePhilosophie

Soirée rencontre du 5 mars 2019.

Comment trouver des moyens de remplacer les sentiments nationalistes d’exclusion qui se développent aujourd’hui par un engagement accru en faveur du bien commun transnational et mondial ?

Avec la participation de :

  • David HOLLENBACH, s.j. est professeur titulaire de la chaire Pedro Arrupe de l’Université de Georgetown (Washington, DC). Son enseignement et son domaine de recherches abordent la question des droits humains, celle des réfugiés, sur les plans religieux et éthique, et celle de la religion dans la vie politique.
  • Gaël GIRAUD, s.j., directeur de recherches au CNRS, professeur à l’École Nationale des Ponts Paris Tech.

Conférence en anglais avec traduction écrite (en vente en ligne).

Derniers replays

Bifurquer, désobéir ou s’encarter : faut-il choisir ?

Les actions de désobéissance civiles par des militants écologistes se multiplient, les diplômés refusent d’intégrer les grandes entreprises, les partis politiques sont désertés par les jeunes : où s’engager pour faire changer les choses ? Avec des témoins de différents milieux, à l’aide du regard d’une chercheure, nous creuserons ensemble l’opportunité des différentes formes d’engagement face aux défis de ce siècle.

Rencontre autour du livre d’Olivier Boulnois, Saint Paul et la philosophie

L’auteur, Olivier Boulnois, est directeur d’études à l’EPHE. Ses travaux portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique.
Paul est de part en part juif et grec. C’est à partir de cette double identité qu’il renouvelle les concepts fondamentaux de l’existence. Tel est l’argument du nouvel ouvrage d’Olivier Boulnois.

Ukraine : écouter nos peurs ?

Le retour d’un conflit armé de grande envergure aux portes de l’Europe, avec ses répercussions économiques inédites et ses suites géopolitiques très incertaines, a l’effet d’un réveil douloureux après une parenthèse enchantée. La guerre, c’était pour les autres…

A voir aussi