La relation médecin-malade : quel impact du numérique ?

2020-04 fev Relation soignant malade impact numerique mardi ethique publique-centresevres
Partager

Ethique biomédicaleEthique Publique

Soirée Mardi d’éthique publique du 4 février 2020, en partenariat avec la le département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, la revue Études et RCF.

Avec la participation de :

  • Pr Nathalie Chabert-Buffet, Professeur de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction, Responsable de l’Unité : Endocrinologie Clinique et de la Reproduction, Hôpital Tenon
  • Pr Gérard Reach, Professeur émérite d’endocrinologie-diabétologie, Université Paris 13, auteur de plusieurs ouvrages sur la non-observance des patients, l’inertie clinique des médecins et l’éducation thérapeutique (Pourquoi se soigne-t-on, Enquête sur la rationalité morale de l’observance (2005), Clinique de l’Observance, L’Exemple des diabètes (2006), Une théorie du soin, Souci et amour face à la maladie (2010), L’inertie clinique : Une critique de la raison médicale (2012))

Soirée animée par Jean-Luc Pouthier et Bruno Saintôt.

Derniers replays

Dans le malheur, où est Jésus ?

La théologie, une affaire de savants… ? Sans renier la spécificité du travail théologique, nous avons souhaité faire se rencontrer des personnes en situation de précarité et des théologiens pour vivre une recherche réellement conjointe, un dialogue à partir d’expériences de vie très différentes, pour expérimenter une mutualisation, penser ensemble.

Quand la forêt et les banlieues brûlent : quelle société inventer ?

Alors que notre quotidien est désormais rythmé par la multiplication des effets des bouleversements environnementaux, il se confirme que ceux-ci frappent de façon particulièrement aigüe des groupes sociaux défavorisés et accroissent ainsi les injustices environnementales. Ce constat appelle des transformations institutionnelles profondes.

Israël – Palestine : comprendre… et quels lendemains ?

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde », écrivait Camus en 1944. A la lumière du passé et de l’actualité, il nous faut chercher à comprendre, avec le cœur et avec la raison, le conflit entre le Hamas et Israël, et plus largement les relations israélo-palestiniennes, pour tenter d’envisager ce que pourrait être un futur.

A voir aussi