« La médecine doit-elle et peut-elle rester un service public ? »

Soirée d'éthique publique

Partager

Ethique Publique

Avec la participation de :

M. Didier HOUSSIN, ancien directeur de la politique médicale à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris de 2003 à 2005, ancien directeur général de la santé de mars 2005 à mai 2011, et actuel président du conseil de l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES).

M. Guy VALLANCIEN, professeur d’urologie à l’université René Descartes-Paris V, président de l’École européenne de chirurgie et président du Cercle Santé Société, chargé de mission auprès du ministre de la Santé pour le Plan Hôpital 2007.

Soirée animée par le P. François Boëdec.

Derniers replays

Soirée autour du livre de François Jullien : « Moïse ou la Chine. Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu »

La référence à « Dieu » – « la grande affaire » de l’Occident – est présente tout au long de l’histoire chinoise, mais semble perdre en pertinence au cours de la période axiale (de 800 à 200 av. JC), remplacée par le Dao. Dans son livre, Jullien s’interroge sur « l’écart » impliqué par ces partis pris de la pensée qui ont conduit à rendre vertigineuse la pensée de Dieu en Europe alors qu’elle s’est résorbée dans la tradition chinoise.

La ténèbre n’est pas ténèbre. Parler à partir de ce qui nous échappe

Quel rôle peut-on reconnaître au malheur dans l’esquisse d’un sens possible, pour une existence individuelle, mais aussi dans une perspective collective ? La privation de point d’appui et le discrédit qui frappent certains jusqu’à les entraîner vers une sorte de perte de soi peuvent-ils donner lieu, de manière tout à fait paradoxale, à une expérience de vérité, la naissance à un autre rapport à soi, au monde, à Dieu, qui puisse être reconnue comme prometteuse pour tous, éclairant ainsi un possible dénouement ultime positif ?

La théologie au service du peuple de Dieu (à l’occasion du prix Ratzinger 2022)

Trouver des mots pour rendre la foi audible et crédible en notre temps : tel est l’objet de la théologie. Comment celle-ci nourrit-elle la vie des communautés chrétiennes ? Comment peut-elle rendre compte de l’espérance dans nos diverses sociétés et cultures, en Europe comme dans d’autres continents ? Comment doit-elle être, aujourd’hui comme hier, au service de l’Église et du monde ?