Ambroise de Milan, sa contribution à l’exégèse et à la théologie chrétienne

Ambroise de Milan, sa contribution à l’exégèse et à la théologie chrétienne
Partager

PatristiqueThéologie

Évêque de Milan dans la seconde moitié du 4e siècle, Ambroise est l’auteur d’une œuvre considérable qui comprend à la fois des homélies, des traités doctrinaux, des écrits de portée morale, ainsi que de nombreuses lettres et des hymnes liturgiques.
La collection Sources Chrétiennes donne désormais accès à un ouvrage important de ce Père latin : à partir de méditations bibliques, le De fuga saeculi invite les chrétiens à se tenir, au sein même de la cité, dans une attitude de détachement et de retrait par rapport au « monde ».
La parution de cet ouvrage sera aussi l’occasion de présenter, plus largement, l’apport d’Ambroise à l’exégèse et à la théologie chrétienne.

Avec :

  • Camille GERZAGUET, Fondation Thiers – CNRS, traductrice du De fuga saeculi d’Ambroise dans la collection Sources Chrétiennes
  • Paul MATTEI, Université Lumière – Lyon 2 et Institut des Sources Chrétiennes

 

Derniers replays

Soirée autour du livre de François Jullien : « Moïse ou la Chine. Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu »

La référence à « Dieu » – « la grande affaire » de l’Occident – est présente tout au long de l’histoire chinoise, mais semble perdre en pertinence au cours de la période axiale (de 800 à 200 av. JC), remplacée par le Dao. Dans son livre, Jullien s’interroge sur « l’écart » impliqué par ces partis pris de la pensée qui ont conduit à rendre vertigineuse la pensée de Dieu en Europe alors qu’elle s’est résorbée dans la tradition chinoise.

La ténèbre n’est pas ténèbre. Parler à partir de ce qui nous échappe

Quel rôle peut-on reconnaître au malheur dans l’esquisse d’un sens possible, pour une existence individuelle, mais aussi dans une perspective collective ? La privation de point d’appui et le discrédit qui frappent certains jusqu’à les entraîner vers une sorte de perte de soi peuvent-ils donner lieu, de manière tout à fait paradoxale, à une expérience de vérité, la naissance à un autre rapport à soi, au monde, à Dieu, qui puisse être reconnue comme prometteuse pour tous, éclairant ainsi un possible dénouement ultime positif ?

La théologie au service du peuple de Dieu (à l’occasion du prix Ratzinger 2022)

Trouver des mots pour rendre la foi audible et crédible en notre temps : tel est l’objet de la théologie. Comment celle-ci nourrit-elle la vie des communautés chrétiennes ? Comment peut-elle rendre compte de l’espérance dans nos diverses sociétés et cultures, en Europe comme dans d’autres continents ? Comment doit-elle être, aujourd’hui comme hier, au service de l’Église et du monde ?