Regarder la crèche de Noël et voir au-delà

Regarder la crèche de Noël et voir au-delà
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Un étudiant en premier cycle au Centre Sèvres, Étienne de Forges, et Quentin Denoyelle, ont crée ensemble la BD, Ignace de Loyola.  À un certain moment du récit (pp. 52 et 53), on nous montre comment le pèlerin a contemplé la naissance de l’enfant. Cette vision l’a incité à se consacrer à une vie de service énergique, sous la bannière du Seigneur.  Le pèlerin contemple la scène de l’étable puis cherche la grâce de suivre le Christ pauvre et humble, en menant de grandes réalisations à son service, en tant qu’homme d’action.

L’artiste et l’écrivain attirent notre attention, soudainement, sur la simplicité de l’Incarnation et la splendeur des ambitions, spirituelles et autres, provoquées par la méditation sur la venue de Dieu dans le monde au plus près de l’humanité. Rendus humbles par la grandeur de ce que nous avons appris au cours de cette année chargée, nous attendons avec impatience la suite, à la fois la sagesse que nous voulons acquérir et la disponibilité généreuse que nous aimerions vivre.

À l’image d’Ignace, l’homme d’action qui sait aussi contempler, le Centre Sèvres cherche à la fois à regarder au cœur des choses et à se mettre au service des autres. En cette saison, nous regardons la crèche, émerveillés et cherchant à comprendre.  Nous regardons aussi au-delà de la crèche. 2022 nous attend.  Plus encore, le fruit de notre contemplation est un élan vers l’action. Nous entrevoyons l’ampleur du don qui nous est fait et nous aspirons à partager avec d’autres ce que nous avons reçu.

Peter Gallagher
Doyen de la faculté de philosophie du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

A voir aussi