Parcours Croire & Comprendre Laudato Si’ : rencontre avec Jérôme Gaillardet, géochimiste

rencontre avec Jérôme Gaillardet, géochimiste
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

De quoi dépend la vie pour se développer ? Tel est l’objet des recherches de Jérôme Gaillardet, professeur de sciences de la Terre à l’institut de Physique du Globe de Paris et membre de l’institut Universitaire de France, venu rencontrer les étudiants du cycle Croire & Comprendre Laudato Si‘. Spécialiste de la « zone critique », soit la pellicule à la surface de la terre où la vie est possible, il évoque avec eux son parcours de chercheur et les enjeux de son travail.

Se rendre sensible à la Terre

schéma de la zone critique« Pendant longtemps, la géologie s’est concentrée sur l’étude des sous-sols, des hydrocarbures, de la tectonique des plaques. Mais depuis quelques années, les chercheurs sont ‘remontés à la surface’. Ils étudient des phénomènes complexes, dans l’espace et le temps, qui impliquent des interactions entre les minéraux, les végétaux, les gaz… explique le chercheur. Ce qu’évoque l’encyclique Laudato Si’ sur le plan théologique, je l’étudie du point de vue scientifique. Devant les évolutions inquiétantes de la planète, il est essentiel de se rendre sensible à la Terre. Cette rencontre avec les étudiants du Centre Sèvres leur permettra, je l’espère, de mieux comprendre les phénomènes en action et la nécessité de repenser notre rapport au monde. »

Inspiré notamment par le philosophe anthropologue Bruno Latour, Jérôme Gaillardet plaide pour une recherche pluridisciplinaire. Science et théologie peuvent ainsi trouver une complémentarité. « Avec la théologie, je découvre des points communs dans l’étude du rapport de l’homme au monde. Par exemple, notre époque où tout s’accélère pense parfois avoir aboli le temps et l’espace. L’Eglise catholique œuvre pour une respatialisation, une reterritorialisation, avec notamment la notion de paroisse comme unité territoriale. C’est un aspect où une rencontre est possible avec les scientifiques. ‘Tout est lié’. C’est une erreur de penser l’homme indépendamment de la nature. »

Encourager la participation active des étudiants

Lancé en septembre 2021, le parcours Croire & Comprendre Laudato Si’ permet de se former de façon approfondie sur les enjeux actuels en matière d’environnement et de société, dans la dynamique de l’encyclique du pape François Laudato Si’. Au programme de leur formation, les étudiants bénéficient de cours et d’ateliers dans des domaines tels que les sciences du vivant, l’anthropologie, la philosophie, la spiritualité, l’éco-théologie, la doctrine sociale de l’église, l’exégèse. Des temps de développement personnel sont également intégrés.

En parallèle des cours, les rencontres avec des chercheurs de tous horizons leur permettent de s’approprier concrètement les dernières avancées en matière de découvertes scientifiques. Aucune question n’est taboue. Ainsi, l’entretien commence toujours du côté des étudiants, qui réagissent sur l’intitulé de la rencontre. Un parti pris qui donne le ton à un échange libre et direct, et favorise la participation active des étudiants.

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

A voir aussi