Nouveau directeur à l’Institut Ricci de Paris

John Lagerwey 2021 portrait
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Comprendre la Chine par sa religion : John Lagerwey prend la direction de l’Institut Ricci de Paris

Spécialiste des religions en Chine, John Lagerwey a pris la direction de l’Institut Ricci de Paris en janvier 2021. Son arrivée de l’Université chinoise de Hong Kong marque une volonté d’approfondissement de la vocation première de l’Institut.

 

Dans la lignée de grands sinologues jésuites

Fondé par Claude Larre, jésuite, en 1971, l’institut porte le nom d’un missionnaire jésuite et premier religieux chrétien admis à la cour de l’empereur de Chine, en 1600. En son temps, Matteo Ricci avait échangé savoirs et visions avec le peuple chinois dans le respect de l’autre dans sa différence. Au tournant du XVIIe siècle, il interpellait déjà les profonds contrastes entre les conceptions du monde et manières de faire des Chinois et des Européens.

Après avoir vécu près de vingt ans en Asie, le père Larre était habité par la conviction que malgré les bouleversements de l’histoire, quelques grands textes, ceux du taoïsme et de la médecine traditionnelle, guidaient toujours les Chinois dans leur manière de vivre et de comprendre le monde. Pour lui, il était donc primordial d’apprécier leur culture et leur sagesse, en développant le dialogue entre chercheurs occidentaux et chinois.

Une intuition partagée par ses successeurs : Michel Masson, sj, François Hominal, Edouard des Diguères.

 

Faire bénéficier le public des avancées de la recherche

Animé par la même passion, John Lagerwey propose une approche nouvelle des religions en Chine. Il s’appuie pour cela sur les avancées déterminantes de la recherche, dont il est un acteur engagé depuis plus de 40 ans :

« Les études menées depuis un demi-siècle sur la religion en Chine ont complètement bouleversé la vision traditionnelle qui devait tant aux Jésuites du XVIIe siècle. La France ayant joué – et continuant à jouer – un rôle de premier plan dans cette transformation, mon but premier sera de faire bénéficier un large public des avancées de la recherche dans ce domaine. Avec le concours de mes collègues sinologues, dont beaucoup avaient déjà participé aux ouvrages collectifs que j’ai organisés depuis 2003, j’introduirai à la rentrée 2021 deux types de cours, le premier sur les changements paradigmatiques dans les pratiques et concepts religieux depuis deux millénaires et demi, le deuxième de lectures de textes-clés de la religion et de la pensée. Ces cours seront tous donnés par des spécialistes. 

Par ailleurs, persuadé depuis longtemps que le dialogue avec la Chine à partir de catégories dérivées de la pensée grecque est voué à l’échec, qu’il doit plutôt se faire à partir des traditions bibliques – hébraïque, juive et chrétienne -, je chercherai à développer en ce sens le programme « Approches croisées ». Pendant la première année, deux séances sont prévues, sur les « Corps bouddhistes taoïstes et chrétiens » et sur « Dieu et le Dao ».

 

A propos du nouveau directeur

Docteur en littérature chinoise ancienne (Harvard, 1975), John Lagerwey étudie le taoïsme religieux à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EHESS) avec les professeurs Max Kaltenmark et Kristofer Schipper.

Membre de l’Ecole française d’Extrême-Orient  de 1977 à 2000, il travaille pendant huit ans comme Secrétaire du Projet Daozang (première étude scientifique complète des 1 500 textes du Canon taoïste – Daozang – de la dynastie Ming). S’étant ainsi spécialisé dans l’histoire du rituel taoïste, il se consacre aux travaux de terrain, d’abord du seul taoïsme, puis de l’ensemble des religions traditionnelles en Chine.

De plus en plus conscient des énormes « trous noirs » dans la compréhension des religions chinoises par les Occidentaux, il organise des projets internationaux ethnographiques et historiques et en édite les résultats, en chinois (La société traditionnelle des Hakka, 30 volumes ; La société traditionnelle à Huizhou, six volumes), en anglais (huit volumes publiés chez Brill sur les quatre périodes de changements profonds dans l’histoire des religions chinoises) et en français (Comportement rituel et corps social en Asie ; Religion et société en Chine ancienne et médiévale).

Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) de 2000 à 2011, il enseigne à l’Université chinoise de Hong Kong jusqu’en 2020, avant de prendre la direction de l’Institut Ricci en janvier 2021.


Institut Ricci de Paris

Centre de recherches et d’enseignements en sinologie, l’Institut Ricci propose des parcours d’études variées à ceux et celles qui, sinisants ou non, recherchent une réflexion approfondie sur les traditions philosophiques et religieuses de la Chine ainsi que sur l’évolution de la société chinoise contemporaine.

Il est abrité par le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, l’institut de recherche et d’enseignement supérieur de la Compagnie de Jésus en France. Ses membres travaillent en collaboration étroite avec le corps enseignant du Centre Sèvres et son offre de formation dialogue avec les cours donnés par les facultés dans des domaines tels que les religions du monde ou le dialogue interreligieux.

L’Institut Ricci de Paris s’inscrit dans un réseau international, en lien avec les instituts de San Francisco, Taipei et Macau.  

www.centresevres.com/institut-ricci

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.