« Le pardon ou la victime relevée », Guilhem Causse interrogé par Radio Vatican

2020 janv Radio vatican Guilhem Causse Le-Pardon ou la victime relevee-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Sœur Catherine Aubin s’entretient avec Guilhem Causse, l’auteur du Livre pour Dieu de ce dimanche 5 janvier, « Le pardon ou la victime relevée », publié aux éditions Salvator.

Entretien réalisé par Sœur Catherine Aubin – Cité du Vatican

Guilhem Causse, jésuite philosophe, partage avec nous ses réflexions sur le repentir et la consolation dans cet ouvrage intitulé «Le pardon ou la victime relevée», paru en 2019 aux éditions Salvator. Ce livre est une main tendue pour relever et faire traverser l’abîme. En effet souvent, nous avons du pardon une image univoque, celle du pécheur venant reconnaître sa faute auprès de l’un de ses semblables ou de Dieu. «C’est oublier, souligne Guilhem Causse, que cette démarche existe aussi pour permettre le relèvement de la victime, celle qui a eu à subir le mal».

Lire la suite et écouter l’entretien sur le site Vatican News.

Dernières actualités

Appel à solidarité : un lieu d’espoir pour les jeunes chrétiens de Homs, Syrie

Ancien étudiant de l’Ecole Saint-Geneviève (Ginette) et du Centre Sèvres, le père Vincent de Beaucoudrey, jésuite, oeuvre depuis juin 2019 à Homs, en Syrie. Il y est responsable de la pastorale des jeunes, là même où le père Frans Van der Lught a été assassiné en 2014. Ainsi, avec un jeune jésuite autrichien, il anime une sorte de patronage qui rassemble 1400 jeunes. Dans le dénuement le plus total, ils tentent d’apporter de l’espoir et une consolation aux jeunes dont les rêves ont été brisés par la guerre. A l’occasion de l’événement des Forums, le Centre Sèvres invite à les soutenir.

Il n’est pas facile d’écouter jusqu’au bout…

En octobre dernier le pape François a ouvert la démarche qui doit contribuer à un Synode mondial sur la synodalité. Chacun est invité, personnellement et collectivement à participer à cette réflexion. Reconnaissons-le, il ne nous est pas facile d’écouter les autres jusqu’au bout, de dialoguer avec ceux qui ne partagent pas notre sensibilité ecclésiale, notre posture pastorale ou nos opinions sur des sujets brûlants.

« Le parcours Humanités et politique fait écho à ma quête de raison d’agir »

Alors que les élections présidentielles approchent, le parcours « Humanités et politique – Penser et vivre l’engagement : la politique, un humanisme » propose de ressourcer l’engagement politique et citoyen par un approfondissement de ses fondements. Le parcours rassemble pour sa première édition une quarantaine d’étudiants de tous horizons. Trois d’entre eux témoignent, à mi-parcours.