« Le pardon ou la victime relevée », Guilhem Causse interrogé par Radio Vatican

2020 janv Radio vatican Guilhem Causse Le-Pardon ou la victime relevee-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Sœur Catherine Aubin s’entretient avec Guilhem Causse, l’auteur du Livre pour Dieu de ce dimanche 5 janvier, « Le pardon ou la victime relevée », publié aux éditions Salvator.

Entretien réalisé par Sœur Catherine Aubin – Cité du Vatican

Guilhem Causse, jésuite philosophe, partage avec nous ses réflexions sur le repentir et la consolation dans cet ouvrage intitulé «Le pardon ou la victime relevée», paru en 2019 aux éditions Salvator. Ce livre est une main tendue pour relever et faire traverser l’abîme. En effet souvent, nous avons du pardon une image univoque, celle du pécheur venant reconnaître sa faute auprès de l’un de ses semblables ou de Dieu. «C’est oublier, souligne Guilhem Causse, que cette démarche existe aussi pour permettre le relèvement de la victime, celle qui a eu à subir le mal».

Lire la suite et écouter l’entretien sur le site Vatican News.

Dernières actualités

Au service de l’Eglise et de la société

Dans notre monde en pleine mutation, le Centre Sèvres est plus que jamais relancé dans sa vocation fondamentale. Elle consiste à former des étudiants qui préparent des diplômes canoniques en philosophie et en théologie, ainsi qu’un large public d’auditeurs, qui désirent acquérir des repères pour penser et agir dans l’Église et le monde qui vient, dans l’esprit de la pédagogie ignatienne. Pour honorer sa mission, le Centre Sèvres présente au programme 2022-23 quelques 350 propositions ouvertes au public…

Tribune : « Les sciences humaines sont indispensables à la réflexion sur les abus, la liturgie ou la place des femmes »

Dans le contexte du synode, un collectif d’enseignants membres des facultés de théologie et de philosophie explique la pédagogie du Centre Sèvres pour former les acteurs de l’Église. Ils plaident pour l’intérêt de la pratique de la disputatio et l’absolue nécessité de s’appuyer sur les sciences humaines.

« Humanisme et politique » : un diplôme universitaire au service de l’intérêt général

Lancé il y a un an, le parcours «Humanisme et politique» a fait ses preuves. Après une première promotion d’une quarantaine d’étudiants, le cycle a obtenu le statut de « diplôme universitaire ». Fruit d’une coopération originale entre le cercle Esprit civique, le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, l’Université catholique de Lille et le Campus de la Transition, il revisite les fondements théoriques et pratiques de la vie politique pour (re)fonder l’engagement au service de l’intérêt général.