La Fondation Ratzinger soutient le projet de thèse de Paolo Monzani, doctorant au Centre Sèvres

Portrait Paolo Monzani
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le 18 juillet dernier, la Fondation vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI a décidé de soutenir par une bourse le projet de recherche de Paolo Monzani, prêtre diocésain de Modène (Italie) et doctorant au Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris. Le Centre Sèvres le félicite pour l’obtention de cette distinction d’excellence et l’avancement de son travail sur le thème : « La théologie de l’inspiration à la lumière de l’époque contemporaine ».

 

La théologie de l’inspiration : un sujet trop peu traité

Après un master en théologie biblique au Centre Sèvres, Paolo Monzani s’est lancé depuis deux ans déjà dans une thèse sous la direction de Christoph Theobald, sj, professeur au Centre Sèvres. Celui-ci, qui avait organisé un colloque et publié des contributions dans la revue des Recherches de Science Religieuse dans le domaine de la théologie de l’inspiration, l’a encouragé dans son projet : « Après la Constitution Dei verbum du Concile Vatican II, la théologie de l’inspiration n’a pas reçu l’attention qu’elle méritait. Ce projet est cohérent avec l’attention que Joseph Ratzinger, en tant que théologien, et Benoît XVI, en tant que Pape, ont portée à la réflexion théologique sur les Écritures et sur la révélation. Il est très heureux de voir des doctorants renouveler l’attention à cette question qui est au cœur de la foi chrétienne. »

 

Un travail de recherche prometteur, soutenu par la Fondation Ratzinger

Pour permettre au jeune chercheur de rencontrer d’autres pairs dans le domaine de la recherche biblique, et d’approfondir sa recherche à l’aide des ressources de la Bodleian Library, l’équipe académique du Centre Sèvres a soutenu son projet d’étudier à Campion Hall, le collège jésuite à l’Université d’Oxford, pendant trois trimestres. Un projet qui restait à financer… Après avoir examiné le dossier de candidature de Paolo Monzani, reconnaissant la qualité du travail déjà réalisé depuis 2020, la Fondation Ratzinger a retenu sa candidature pour l’une des cinq bourses octroyées par an. Un soutien déterminant pour le lauréat :

« Un doctorat, c’est une affaire compliquée : plusieurs années de travail, des centaines de textes à lire… En plus, si un prêtre italien qui fait sa thèse à Paris a le désir d’étudier à l’université d’Oxford pour un programme d’échange, alors ça devient encore plus compliqué et, pour tout dire, aussi plus cher ! Je suis donc très reconnaissant à la Fondation Joseph Ratzinger – Benoît XVI pour l’aide qu’elle va me donner pour financer mon projet de thèse. L’année passée à Oxford à été très enrichissante et m’a permis d’ouvrir mon esprit sur un monde plus vaste, en particulier grâce à la vitalité de la communauté jésuite de Campion Hall. Merci aussi à mon directeur de thèse, Christoph Theobald sj, au Centre Sèvres et à mes soutiens de Modène, pour m’avoir accompagné vers ce résultat, dont je suis très honoré. »

 

Doctorant et enseignant

Avec pour objectif de terminer sa thèse en 2023, Paolo Monzani a commencé à enseigner à distance, dans le cadre du cursus Croire & Comprendre Laudato si’ au Centre Sèvres : « Quand Dieu créa le ciel et la terre » (Gn 1-9 et la question écologique) et « Observez les lys des champs » (les évangiles synoptiques et l’écologie). Il valorise ainsi les fruits de sa formation au long cours.

 

Pour aller plus loin :

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

A voir aussi