« Humanisme et politique » : un diplôme universitaire au service de l’intérêt général

Séminaire du DU Humanisme et politique
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Lancé il y a un an, le parcours « Humanisme et politique » a fait ses preuves. Après une première promotion d’une quarantaine d’étudiants, le cycle de formation a obtenu le statut de « diplôme universitaire ». Fruit d’une coopération originale entre le cercle Esprit civique, le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, l’Université catholique de Lille et le Campus de la Transition, ce cycle de formation revisite pendant un an les fondements théoriques et pratiques de la vie politique pour (re)fonder l’engagement au service de l’intérêt général.

« Notre objectif est de mener un travail de fond sur les raisons de l’engagement social et politique, explique Jérôme Vignon, ancien président de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, spécialiste des questions sociales et européennes, membre d’Esprit civique et co-organisateur de la formation. Nous voulons donner à des personnes engagées le temps de réfléchir à ce qui fonde leur désir d’agir. Il ne s’agit pas d’orienter l’action, mais de la ressourcer en revenant à ses racines. »

Un an pour approfondir ses connaissances et discerner

La formation conjugue des enseignements de niveau universitaire en science politique, sciences sociales, anthropologie, droit, philosophie…, des débats avec des témoins engagés et des ateliers pratiques de réflexion et de recherche-action. Dans la tradition ignatienne du discernement, des ateliers de groupe sont proposés pour soutenir la réflexion personnelle et l’engagement des participants.

« La première chose que je retiens est la diversité des propositions du parcours : témoignages de terrain, éclairages de professeurs, temps de réflexion personnelle et en groupe, échanges informels… un bel équilibre entre théorie et pratique. Le temps entre les sessions m’a également permis d’essayer de vivre l’engagement au quotidien en questionnant mes convictions, en cherchant à me forger un avis et à le défendre, à argumenter.  » témoigne Philomène Oheix, étudiante en droit et membre de la première promotion.

Les personnes ayant suivi la formation en 2021-2022 reconnaissent également l’intérêt du groupe dans le processus de discernement. A taille humaine, regroupant des personnes aux âges et profils variés (étudiants, élus, chefs de projet dans le secteur social…), il participe au ressourcement du désir d’engagement.

« En ces temps-ci, il est important de trouver des gens avec qui échanger et se former dans la bienveillance. Il est important de découvrir des acteurs et actrices de terrain ainsi que des espaces innovants comme par exemples : la Maison Magis, le Dorothy, etc… On a besoin des bases mais également de gens inspirants. Tout n’est pas rose, mais on traite ici des points positifs. » explique Adrien Louandre, diplômé d’histoire et bénévole du mouvement Esprit civique.

Un tel diplôme d’université s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un cursus de Licence, Master ou Doctorat. Il est également ouvert aux professionnels, aux personnes en recherche d’emploi, et peut être suivi en formation initiale ou continue.

En savoir plus : voir la présentation détaillée de la formation

A voir aussi

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

Voir la formation