Débats (bio)éthiques : quelle place pour les citoyens ?

2020 Ethique Bruno saintot revue projet-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Quelle éthique du débat dans le processus de révision de la loi relative à la bioéthique ? Le philosophe Bruno Saintôt, responsable du département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, revient sur les discussions citoyennes qui ont rythmé ces deux dernières années, dans un article de la revue Projet (du 10 janvier 2020).

Les États généraux de la bioéthique ont-ils, selon vous, rempli leur objectif d’être « un débat citoyen » ?

Les États généraux ont permis des discussions et des expressions écrites de citoyens motivés. Dans l’ensemble, les différentes réunions ont respecté les conditions de base du débat : informations techniques et juridiques sérieuses, respect des intervenants, dialogue confiant et argumentation raisonnée, établissement des consensus et des dissensus. Mais ces États généraux ont été particulièrement rapides et se sont polarisés sur la question clivante de l’« assistance médicale à la procréation pour toutes les femmes ». Et, sur ce point, nous sommes restés loin d’un « débat citoyen », au sens d’une élaboration du commun. Ce fut plutôt une lutte d’intérêts, se renvoyant des enquêtes et des sondages contradictoires. Mais l’éthique est-elle au bout des sondages, a fortiori quand des valeurs fondamentales sont en jeu ? Les droits de l’homme sont précisément le démenti de cette idée.

Lire la suite sur le site de la revue Projet

Dernières actualités

Appel à solidarité : un lieu d’espoir pour les jeunes chrétiens de Homs, Syrie

Ancien étudiant de l’Ecole Saint-Geneviève (Ginette) et du Centre Sèvres, le père Vincent de Beaucoudrey, jésuite, oeuvre depuis juin 2019 à Homs, en Syrie. Il y est responsable de la pastorale des jeunes, là même où le père Frans Van der Lught a été assassiné en 2014. Ainsi, avec un jeune jésuite autrichien, il anime une sorte de patronage qui rassemble 1400 jeunes. Dans le dénuement le plus total, ils tentent d’apporter de l’espoir et une consolation aux jeunes dont les rêves ont été brisés par la guerre. A l’occasion de l’événement des Forums, le Centre Sèvres invite à les soutenir.

Il n’est pas facile d’écouter jusqu’au bout…

En octobre dernier le pape François a ouvert la démarche qui doit contribuer à un Synode mondial sur la synodalité. Chacun est invité, personnellement et collectivement à participer à cette réflexion. Reconnaissons-le, il ne nous est pas facile d’écouter les autres jusqu’au bout, de dialoguer avec ceux qui ne partagent pas notre sensibilité ecclésiale, notre posture pastorale ou nos opinions sur des sujets brûlants.

« Le parcours Humanités et politique fait écho à ma quête de raison d’agir »

Alors que les élections présidentielles approchent, le parcours « Humanités et politique – Penser et vivre l’engagement : la politique, un humanisme » propose de ressourcer l’engagement politique et citoyen par un approfondissement de ses fondements. Le parcours rassemble pour sa première édition une quarantaine d’étudiants de tous horizons. Trois d’entre eux témoignent, à mi-parcours.