Débats (bio)éthiques : quelle place pour les citoyens ?

2020 Ethique Bruno saintot revue projet-centresevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Quelle éthique du débat dans le processus de révision de la loi relative à la bioéthique ? Le philosophe Bruno Saintôt, responsable du département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, revient sur les discussions citoyennes qui ont rythmé ces deux dernières années, dans un article de la revue Projet (du 10 janvier 2020).

Les États généraux de la bioéthique ont-ils, selon vous, rempli leur objectif d’être « un débat citoyen » ?

Les États généraux ont permis des discussions et des expressions écrites de citoyens motivés. Dans l’ensemble, les différentes réunions ont respecté les conditions de base du débat : informations techniques et juridiques sérieuses, respect des intervenants, dialogue confiant et argumentation raisonnée, établissement des consensus et des dissensus. Mais ces États généraux ont été particulièrement rapides et se sont polarisés sur la question clivante de l’« assistance médicale à la procréation pour toutes les femmes ». Et, sur ce point, nous sommes restés loin d’un « débat citoyen », au sens d’une élaboration du commun. Ce fut plutôt une lutte d’intérêts, se renvoyant des enquêtes et des sondages contradictoires. Mais l’éthique est-elle au bout des sondages, a fortiori quand des valeurs fondamentales sont en jeu ? Les droits de l’homme sont précisément le démenti de cette idée.

Lire la suite sur le site de la revue Projet

Dernières actualités

Le Centre Sèvres recrute un(e) hôte(sse) d’accueil

Situé dans les locaux du Centre Sèvres (Paris 6è), le poste est proposé en CDI à compter du 1er septembre 2022. Au sein d’une équipe administrative dynamique et polyvalente, l’hôte(sse) d’accueil est à l’interface entre les publics très variés du Centre Sèvres : auditeurs, étudiants, religieux, laïcs, partenaires… Aisance relationnelle, rigueur et capacité d’adaptation sont les qualités qui vous permettront de vous épanouir dans ce poste.

Au service de l’Eglise et de la société

Dans notre monde en pleine mutation, le Centre Sèvres est plus que jamais relancé dans sa vocation fondamentale. Elle consiste à former des étudiants qui préparent des diplômes canoniques en philosophie et en théologie, ainsi qu’un large public d’auditeurs, qui désirent acquérir des repères pour penser et agir dans l’Église et le monde qui vient, dans l’esprit de la pédagogie ignatienne. Pour honorer sa mission, le Centre Sèvres présente au programme 2022-23 quelques 350 propositions ouvertes au public…

Tribune : « Les sciences humaines sont indispensables à la réflexion sur les abus, la liturgie ou la place des femmes »

Dans le contexte du synode, un collectif d’enseignants membres des facultés de théologie et de philosophie explique la pédagogie du Centre Sèvres pour former les acteurs de l’Église. Ils plaident pour l’intérêt de la pratique de la disputatio et l’absolue nécessité de s’appuyer sur les sciences humaines.