Bourses de solidarité universelle : aidons les à enflammer le monde !

Affiche A4 bourse solidarité pradeep centre sevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le 1er mai, 7 étudiants jésuites du Centre Sèvres seront ordonnés diacres, dernière étape avant la prêtrise. Originaires de 6 pays différents, ils sont appelés à servir Dieu et les hommes dans le monde. Leur envoi est rendu possible par la solidité de leur formation : des connaissances approfondies, une réflexion structurée et une foi discernée. Pour permettre à d’autres de bénéficier des mêmes atouts, le Centre Sèvres vous invite à participer à son nouveau programme de bourses.

Une responsabilité envers les jeunes du monde
De tels lieux de formation en sciences religieuses sont rares dans le monde, de nombreux étudiants se déplacent à Paris pour suivre un cursus solide au Centre Sèvres.
« Nous avons une responsabilité vis-à-vis de tous ces étudiants qui arrivent d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Amérique du Nord, de France, de Belgique et de toute l’Europe, souligne Etienne Grieu, recteur du Centre Sèvres. Ils sont appelés à devenir de futurs acteurs de l’Eglise universelle, engagés dans des missions variées : des formateurs, des accompagnateurs, des pasteurs, des provinciaux, des évêques… Ce qui est primordial pour nous, c’est qu’ils soient formés à accueillir et reconnaître ce qui vient de Dieu. Cela est déterminant pour devenir quelqu’un qui écoute, qui encourage les initiatives autour de lui. Vous le comprenez, c’est un style d’Eglise qui est en jeu, une intelligence de la foi, une vision du monde que je défends passionnément. »
Près de 50 scolastiques d’une trentaine de nationalités sont ainsi accueillis chaque année au Centre Sèvres environ.

Rejoignez notre programme de bourses
Pour la première fois, le Centre Sèvres, la Compagnie de Jésus et la Fondation de Montcheuil proposent à tous ceux qui le souhaitent de participer à la formation de ces prêtres qui bâtiront l’Eglise de demain, dans un style ouvert et curieux, et à la diffusion de la spiritualité ignatienne, en France et à travers le monde. Selon un système de parrainage, chacun(e) peut soutenir tout ou partie d’une année d’études d’un jésuite venant d’Inde ou d’Afrique. Ces Provinces, en effet, ont beaucoup de vocations et souhaitent pouvoir proposer à certains d’étudier au Centre Sèvres. Concrètement, un groupe de 12 parrains, versant chacun 25€/mois ou 300€/an permettra de financer l’année universitaire 2021-2022 d’un jeune jésuite. Les donateurs recevront régulièrement des nouvelles du filleul.

« Va, enflamme le monde » Ignace de Loyola

Je participe à la formation d’un jésuite d’Inde ou d’Afrique : je fais un don maintenant

Plus d’informations sur le nouveau programme des Bourses de solidarité universelle :

donateurs[at]centresevres.com / +33 (0)1 81 51 40 27

www.centresevres.com/nous-soutenir

 

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.

A voir aussi