Un film pour le temps du Covid-19 ? La suggestion de Marc Rastoin : The Shawshank Redemption

cinema-centresevres confinement mars 2020
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En ces temps de confinement, il est parfois dur de ne pas se décourager, de maintenir l’espérance, pour soi et pour l’humanité. Un film peut nous aider à réveiller nos réserves d’espérance: il s’agit du film intitulé « Les évadés », en anglais Shawshank Redemption. Il nous parle de résilience, d’amitié et d’espérance. Et d’humanité qui, comme la crise du covid, révèle à la fois son pire et son meilleur visage dans les situations extrêmes.

Film The Shawshank redemptionsource : blog de Marc Rastoin

[Les évadés] Un film de Frank Darabont avec Tim Robbins, Morgan Freeman, Bob Gunton, William Sadler  (1994).
En 1946, Andy, un banquier, est incarcéré au pénitencier de Shawshank: il a été jugé coupable de meurtre et condamné à deux fois la prison à vie. Abusé par d’autres détenus, confronté à un monde dur, il va devoir survivre. De caractère silencieux, il va pourtant nouer amitié avec un autre détenu, un noir, Red, et se rendre utile à un chef des gardes grâce à ses compétences financières. Dans cet environnement très sombre un espoir naît: ‘Keep busy living’ au lieu de ‘keep busy dying’ pourrait être un slogan du film. Il nous parle de prison certes mais surtout de résilience, d’amitié gratuite et d’espérance: Au fond d’humanité. L’un dit ‘Hope is a dangerous thing’ et on lui répond ‘Hope is a good thing’. Film puissant et inspirant.

Dernières actualités

Interpréter la Bible aujourd’hui : « la plus difficile est préférable »

L’un des principes de la critique de texte est lectio difficilior potior : « La plus difficile est préférable ». Lorsque différents manuscrits sont en conflit, la manière de lire le texte la plus inhabituelle est probablement la plus proche du manuscrit original. Ce principe pourrait-il être une sorte de règle de vie pour nous, théologiens et philosophes du  Centre Sèvres ?

Trois questions à Alix Lame-Bergis, nouvelle directrice de la bibliothèque du Centre Sèvres

Depuis début septembre déjà, Alix Lame-Bergis a pris ses fonctions à la tête de la bibliothèque du Centre Sèvres. Après un parcours dans différents métiers du monde bibliothécaire, en dernier lieu au sein de la Bibliothèque nationale de France (BnF), elle explique le fil rouge qui l’a amenée jusqu’ici.

Rentrée académique : un démarrage plein d’espérance

Le 19 septembre dernier, dans un amphithéâtre plein à craquer, étudiants et enseignants du Centre Sèvres ont assisté à la conférence inaugurale de David d’Hamonville, moine bénédictin de l’abbaye d’En-Calcat, sur le thème : « Entendre la Bonne Nouvelle dans la tempête », avant de célébrer tous ensemble l’eucharistie et de partager un repas fraternel. Cette journée de rassemblement a permis d’inaugurer les sessions de rentrée des différents cycles, et de donner le ton de l’année universitaire à venir.