Un film pour le temps du Covid-19 ? La suggestion de Marc Rastoin : Les Combattants

cinema-centresevres confinement mars 2020
Partager

Chaque personne, et chaque famille ou communauté, discernera s’il a besoin d’un film vraiment drôle ou détendant (tout de même particulièrement recommandés en temps de stress pour tout le monde!) ou si, éventuellement, un film plus métaphysique ou existentiel est possible.

Parmi ces derniers, j’aimerais évoquer un film passé relativement inaperçu il y a six ans en 2014. Il s’agit du fil Les Combattants avec Adèle Haenel et Kévin Azaïs.

Nous voilà dans la France profonde du côté des Landes où la vie suit son cours semble-t-il immuable. Les jeunes s’y ennuient et rêvent d’ailleurs de façon surtout velléitaire. Mais une jeune femme tranche. Un garçon qui s’intéresse à elle, à son mélange de détermination et de mystère, peine à la comprendre. Elle se prépare à « la Fin »… ‘Quelle fin?,’ lui demande-t-on? ‘Ben la fin. La fin de tout ».

Nul indice n’est donné dans le film sur ce qui a pu être la source d’une telle conviction ; cela ne semble pas être religieux, ses parents ne la comprennent pas et le rôle fait que bien qu’on se demande sans cesse si elle n’est pas folle, elle se comporte comme quelqu’un qui ne l’est pas… Le jeune homme est fasciné/séduit/attiré par cette ovni féminin. In fine, elle va comprendre que le solipsisme, même en monde post-apocalyptique, ne marche pas… On pourrait d’ailleurs conclure que ce film est à mi-chemin entre « Into the Wild » pour la quête de radicalité égotique et « Take Shelter » pour la peur préalable à la fin du monde (somme d’une multitude de motifs et, dans le même mouvement, pourtant ‘sans motif’) et que la maxime du premier film lui convient somme toute bien : je vous la rappelle: « Happiness Real when Shared ». Finalement une maxime assez évangélique. Bref ce film pose la question du sens, du sens de nos vies comme du sens de la vie de l’humanité. Où va-t-elle? qu’attend-elle? Il est rare qu’un film tout simple sans prétentions mais rigoureusement réalisé et bien interprété aborde aussi frontalement la question du sens et sans prétendre en outre, qualité supplémentaire, donner une réponse. Il pointe plus le vide qu’il ne désigne un plein. Et, au fond, si l’on veut y trouver à tout prix une réponse, eh bien… il faut attendre la fin !

Mar Rastoin, sj

Disponible en VOD chez la plupart des opérateurs.

Voir aussi l’article Quels films regarder quand on est confiné ? sur le site jesuites.com

Dernières actualités

Le Centre Sèvres recrute un(e) chargé(e) de communication institutionnelle (CDI)

Situé dans les locaux du Centre Sèvres (Paris 6è), le poste est proposé à compter du 2 janvier 2023. Au sein d’une équipe communication dynamique et polyvalente, l’assistant(e) de communication accompagnera en particulier le projet de refonte de l’identité visuelle de l’établissement et la valorisation de l’offre de formation numérique. Embauche possible en fin de stage.

Second semestre : un programme toujours plus développé

En ces temps incertains, nous continuons à croire en l’importance de notre mission de formation pour la croissance personnelle et l’engagement dans le monde, au service de l’Église et de la société, dans une perspective humaniste. Acquérir une formation structurante.
Penser le monde contemporain à la lumière des traditions philosophiques et théologiques. Repérer les signes d’espérance et discerner pour l’action éthique murie par la fréquentation des Écritures et la vie spirituelle. Tels sont les enjeux de nos formations…

Décès du pape Benoît XVI : hommage et mémoire

Samedi 31 décembre, à l’âge de 95 ans, le pape Benoît XVI est décédé. Le Centre Sèvres partage la douleur de toute l’Église. En même temps, elle rend grâces à Dieu pour le don à l’Église et au monde que sa personne a représenté. Retrouvez dans cet article des éléments qui peuvent vous aider à faire mémoire de la vie du pape émérite Benoît XVI. (article sur jesuites.com)