Un film pour le temps du Covid-19 ? La suggestion de Marc Rastoin : Le goût des merveilles

cinema-centresevres confinement mars 2020
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

« Quelles histoires ont un goût de résurrection? Quels films nous laissent entrevoir combien une rencontre peut changer une vie? Nous décrivent les petits pas d’une conversion? Il y en aurait, au fond, plus d’un… Pour ne pas choisir un film trop grave, ou trop connu, pour avoir un petit goût de nature bienvenu en ces temps de confinement, pourquoi ne pas penser à une comédie légère, qui, quelques années avant Hors Normes l’an dernier nous parlait, sans génie certes mais de façon documentée et fine, de de la différence et de l’autisme: Le goût des merveilles?

 

Film le gout des merveilles - marc rastoin centresevres

FILM – 16/12/2015 de Eric Besnard avec Virginie Efira, Benjamin Lavernhe

« Comédie romantique à la française sur un thème difficile, la question du handicap, ici l’autisme variante Asperger… L’ensemble est frais, poétique, attachant, et non dénué d’humour. L’histoire est un peu cousue de fil blanc mais le fil est provençal et joli… Virginie Efira est une belle plante qui est au bord de l’asphyxie. Et Benjamin Lavernhe campe Pierre sans trop en faire. Bien sûr c’est un film au service d’une cause : appelant à mieux comprendre le monde de l’autisme et ses formes variées. Mais il le fait avec humanité et tendresse, beaucoup de pudeur aussi : cela fait du bien quand, dans les relations homme/femme, il y a cette vulnérabilité et cette timidité parce que les mots justes sont difficiles et que les cœurs sont un peu rouillés… Oui cela fait du bien. On sort avec un petit sourire en coin. »

Voir le blog de Marc Rastoin

Disponible en VOD chez la plupart des opérateurs.

Dernières actualités

Au service de l’Eglise et de la société

Dans notre monde en pleine mutation, le Centre Sèvres est plus que jamais relancé dans sa vocation fondamentale. Elle consiste à former des étudiants qui préparent des diplômes canoniques en philosophie et en théologie, ainsi qu’un large public d’auditeurs, qui désirent acquérir des repères pour penser et agir dans l’Église et le monde qui vient, dans l’esprit de la pédagogie ignatienne. Pour honorer sa mission, le Centre Sèvres présente au programme 2022-23 quelques 350 propositions ouvertes au public…

Tribune : « Les sciences humaines sont indispensables à la réflexion sur les abus, la liturgie ou la place des femmes »

Dans le contexte du synode, un collectif d’enseignants membres des facultés de théologie et de philosophie explique la pédagogie du Centre Sèvres pour former les acteurs de l’Église. Ils plaident pour l’intérêt de la pratique de la disputatio et l’absolue nécessité de s’appuyer sur les sciences humaines.

« Humanisme et politique » : un diplôme universitaire au service de l’intérêt général

Lancé il y a un an, le parcours « Humanisme et politique » a fait ses preuves. Après une première promotion d’une quarantaine d’étudiants, le cycle de formation a obtenu le statut de « diplôme universitaire ». Fruit d’une coopération originale entre le cercle Esprit civique, le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, l’Université catholique de Lille et le Campus de la Transition, ce cycle de formation revisite pendant un an les fondements théoriques et pratiques de la vie politique pour (re)fonder l’engagement au service de l’intérêt général.