Le concile Vatican II face à l’inconnu, Christoph THEOBALD

Le concile Vatican II face à l’inconnu, Christoph THEOBALD
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Au moment (2012) où l’on entrait dans les anniversaires du cinquantenaire du concile Vatican II, Christoph Theobald réfléchit sur cet événement. Il attache beaucoup d’importance à la manière de faire progressivement mise au point : un débat collégial qui vise à discerner les signes des temps sous l’autorité de la Parole de Dieu. C’est peut-être cette manière de procéder qui constitue le fruit le plus prometteur du concile.

L’aventure d’un discernement collégial des « signes des temps »

Cinquante ans après l’ouverture du concile Vatican II, il n’est pas aisé de se remettre dans le climat d’incertitude qui régnait pendant ces mois d’été et d’automne de 1962 où se décida l’avenir d’un nouveau commencement pour l’Église. Rien n’est encore écrit ; mais dans le « vide », laissé volontairement par Jean XXIII qui donna au futur Concile un but relativement ouvert – unité des chrétiens et réforme du catholicisme –, s’engouffre la masse des textes produits par des commissions préparatoires, dominées presque exclusivement par l’esprit néo-scolastique. Le soir même du 11 octobre, le Père Congar le note dans son journal : « Au fond, la scolastique est entrée dans le gouvernement de la Curie romaine. Les commissions préparatoires traduisent cet état de choses […]. Mais la scolastique n’est guère dans le gouvernement pastoral des diocèses : et c’est lui qui a la parole maintenant »….

Lire l’article

Dernières actualités

« Comme si le souci de la terre venait éclipser le retour à Dieu », colloque RSR – bilan

Mi-novembre dernier, les Recherches de Science Religieuse ont rejoint toutes celles et tous ceux qui partagent l’urgence des transformations qu’impose la crise écologique. Mais parler de « conversion écologique » va-t-il de soi…

Le Centre Sèvres recrute un(e) chargé(e) de mission digital learning (stage ou alternance)

Dans le contexte d’une réflexion sur la possibilité de proposer plus largement son savoir-faire d’enseignement à distance, le Centre Sèvres – Facultés Jésuites de Paris, cherche un chargé de mission digital learning. Le/la chargé.e de mission montera un dossier d’étude fourni pour alimenter la réflexion du comité de pilotage elearning auquel il participera. Stage de 3 à 6 mois ou contrat d’alternance envisageable.

Prix Ratzinger « Actualiser le message des pères de l’Eglise pour dire le cœur de la foi chrétienne », témoignage de Michel Fédou, sj

Aujourd’hui, jeudi 1er décembre à 11h, Michel Fédou se voit remettre le prix Ratzinger à Rome, en présence du pape François et du pape émérite Benoit XVI. Une distinction qui récompense l’oeuvre de toute une vie et sera célébrée lors d’une soirée débat « La théologie au service du peuple de Dieu » le mercredi 11 janvier, avec Mgr Ulrich, archevêque de Paris, et trois doctorants en théologie, au Centre Sèvres.