Donner le jour, Claire-Anne BAUDIN

Donner le jour, Claire-Anne BAUDIN
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A travers une réflexion sur l’enfantement, Claire Anne Baudin réfléchit sur la « foi du corps » dont le travail d’accouchement fait faire l’expérience : une synergie entre Dieu et l’homme dans l’action, dans ce consentement à recevoir la vie et à la donner.

Dans le corps se joue l’acte de Dieu. Dans le corps actuel ainsi que dans l’histoire corporelle qui nous constitue et qui est unique. Il agit dans le corps en croissance, dans le corps heureux et dans le corps en souffrance. Dans ce que nous ne suscitons pas et ne dominons guère, il nous crée et nous modèle.

La confiance dans l’acte de Dieu à ce niveau tout à fait radical, cette confiance que, par Dieu, la vie travaille à la vie, autorise à en parler un peu, en particulier dans les événements décisifs de l’existence corporelle. L’un d’eux, qui ne concerne pas seulement les femmes, est l’accouchement, la mise au monde par une femme de son bébé.

Lire l’article

Dernières actualités

Au service de l’Eglise et de la société

Dans notre monde en pleine mutation, le Centre Sèvres est plus que jamais relancé dans sa vocation fondamentale. Elle consiste à former des étudiants qui préparent des diplômes canoniques en philosophie et en théologie, ainsi qu’un large public d’auditeurs, qui désirent acquérir des repères pour penser et agir dans l’Église et le monde qui vient, dans l’esprit de la pédagogie ignatienne. Pour honorer sa mission, le Centre Sèvres présente au programme 2022-23 quelques 350 propositions ouvertes au public…

Tribune : « Les sciences humaines sont indispensables à la réflexion sur les abus, la liturgie ou la place des femmes »

Dans le contexte du synode, un collectif d’enseignants membres des facultés de théologie et de philosophie explique la pédagogie du Centre Sèvres pour former les acteurs de l’Église. Ils plaident pour l’intérêt de la pratique de la disputatio et l’absolue nécessité de s’appuyer sur les sciences humaines.

« Humanisme et politique » : un diplôme universitaire au service de l’intérêt général

Lancé il y a un an, le parcours «Humanisme et politique» a fait ses preuves. Après une première promotion d’une quarantaine d’étudiants, le cycle a obtenu le statut de « diplôme universitaire ». Fruit d’une coopération originale entre le cercle Esprit civique, le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, l’Université catholique de Lille et le Campus de la Transition, il revisite les fondements théoriques et pratiques de la vie politique pour (re)fonder l’engagement au service de l’intérêt général.