Commentaire du texte de l’évangile de la vigile pascale, Geneviève COMEAU

Commentaire du texte de l’évangile de la vigile pascale, Geneviève COMEAU
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Voici le commentaire du texte de l’évangile de la vigile pascale, par Geneviève Comeau, enseignante au Centre Sèvres. C’est donc aussi un regard de femme sur ce récit où des femmes sont au premier plan.

Matthieu 28, 1-10

Marie de Magdala et l’autre Marie étaient présentes au moment de la crucifixion, puis de l’ensevelissement. Elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée. Longue fidélité de ces femmes… Elles ont servi Jésus pendant sa vie, elles ont voulu être près de lui dans sa souffrance et sa mort ; leurs regards n’ont pas quitté son corps supplicié, puis roulé dans un tombeau.

Et voilà qu’après le Shabbat, elles retournent vers son tombeau.

Disciples de la première jusqu’à la dernière heure – c’est elles qui vont recevoir la première annonce. La nouveauté du petit matin, le souffle de vie qui met en route, c’est elles qui vont les percevoir.

Le tremblement de terre, l’éclat éblouissant de l’ange qui s’assoit victorieusement sur la pierre roulée, l’ouverture du tombeau… tous ces signes impressionnants, ce n’est sans doute pas cela le plus important pour ces femmes. Mais plutôt : la parole de vie, qui invite à se détourner du tombeau, et à se mettre en route.

Sur cette route, Jésus va venir à leur rencontre.

C’est sur la route, en faisant confiance à la promesse dite, qu’elles vont rencontrer le Vivant. Comme les dix lépreux, qui se sont mis en route à la parole de Jésus, et qui ont été purifiés en chemin. Comme le fonctionnaire royal, qui s’est mis en route à la parole de Jésus, et qui a reçu en chemin l’annonce que son enfant était vivant.

Comme ces suppliants de l’Evangile, ces femmes aussi portent en elles une supplication, une prière : « Que jamais je ne sois séparée de toi ; que rien, même la mort, ne me sépare de toi. »

Exaucées au petit matin, elles poursuivent leur route pour porter la nouvelle de la Résurrection jusqu’à leurs frères restés à la maison, jusqu’à nous.

Nous qui avons reçu la parole de vie, pour la porter à d’autres, encore plus loin. Pour la vivre, et pour que d’autres en vivent. Dans la nuit de l’épreuve, comme au matin de Pâques.

 

Dernières actualités

1974 – 2022 : entre héritage et modernité, histoire vécue de la bibliothèque du Centre Sèvres

Après 37 ans au coeur des bibliothèques jésuites, de restructuration en déménagements, de désherbages en recomposition des fonds, Jacqueline Diot a suivi de près les grandes évolutions de la Compagnie de Jésus. Sous un angle inédit, celui des livres. Avant de quitter le Centre Sèvres pour un repos mérité, elle propose un témoignage précieux tiré de ses recherches et de sa mémoire : celui de l’histoire de la bibliothèque des Facultés jésuites de Paris. Ce faisant, elle donne ainsi la parole aux ouvrages silencieux, dont le rôle est à définir dans un monde toujours plus connecté.

Après Ciase : revoir les enregistrements des quatre conférences

Retrouvez ici les enregistrements vidéo du cycle « Après la Ciase, penser ensemble l’Eglise » proposé en partenariat avec le Collège des Bernardins, l’Institut catholique de Paris (ICP) et le Centre Sèvres, en lien avec la Conférences des évêques de France (CEF) et la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref)

Un diplôme d’éthique pour aider les acteurs de la santé à discerner en situation complexe

Pour aider les acteurs de la santé à faire face aux défis de la réflexion et de la pratique, un Diplôme universitaire d’éthique voir le jour.