Philosophie du système des Beaux-Arts

beaux-arts
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Comment, pourquoi les philosophes ont-ils toujours voulu classer les arts, les déduire en quelque sorte les uns des autres en faisant varier des paramètres liés au temps, à l’espace, aux sens — et même (ce qui peut étonner en effet) les hiérarchiser ? Comme s’il y avait un noyau constitué par ce qui se joue dans l’art, inaccessible mais se diffractant dans les arts particuliers. D’ailleurs, combien sont-ils ? Sept ? architecture, sculpture, peinture, musique, poésie, danse, cinéma — avec leurs associés, comme le théâtre à la danse, la littérature à la poésie ? Neuf, si l’on ajoute les arts des médias et la bande dessinée ? Et les installations ?

Identifier l’essence de chaque art, identifier la nature de ce noyau commun est une tâche fort révélatrice des présupposés des auteurs qui en parlent. Kant, Hegel, Schopenhauer ont vraiment élaboré des systèmes. Mais il y a, depuis Platon et jusqu’aux contemporains tout un ensemble de textes qui permettent d’aborder la question.

Qu’est-ce que cela révèle à la fois de la philosophie et de l’art ? Occasion de chercher à déterminer sur quoi et à quelle profondeur se fonde l’autonomie de l’art, ce par quoi ce qui se joue en lui concerne intimement tous les aspects de l’existence humaine, sans jamais se laisser réduire à autre chose qu’à lui-même.

Bibliographie :

Platon, Le Banquet, Le Phèdre

Aristote, Poétique, Politiques (VIII)

Plotin, Du beau, Ennéade I.6

Baumgarten, Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème

Kant, Critique de la faculté de juger, Analytique du beau

Hegel, Leçons sur l’esthétique

Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, Livre III

Deleuze et Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ? ch. 7

Danto, Après la fin de l’art, La transformation du banal

Date de début :
mercredi 3 novembre 2021
Date de fin :
mercredi 15 décembre 2021
Horaires :
mercredi de 14h30 à 16h30
Durée :
14
Tarif :
149 €
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Conférence
Croq’Philo (01 déc.) – Le pouvoir des images : David Claerbout
Plus il y a d’images, et moins elles réussissent à faire voir le réel. Cette situation très actuelle incite les artistes contemporains à ...
Conférence
Croq’Philo (08 déc.) – Le pouvoir des images : Wolfgang Laib
Plus il y a d’images, et moins elles réussissent à faire voir le réel. Cette situation très actuelle incite les artistes contemporains à ...
Conférence
Croq’Philo (15 déc.) – Le pouvoir des images : Gerhard Richter
Plus il y a d’images, et moins elles réussissent à faire voir le réel. Cette situation très actuelle incite les artistes contemporains à ...

Événement(s) du même enseignant

Conférence
S’initier à la théologie – Et si la Bonne Nouvelle était aussi une nouvelle manière, esthétique, de percevoir le monde ?
Notre époque se caractérise par l’abondance d’informations, de nouvelles, de News, vraies ou fausses qui se croisent et s’entrechoquent. ...
Date de début :
mercredi 3 novembre 2021
Date de fin :
mercredi 15 décembre 2021
Horaires :
mercredi de 14h30 à 16h30
Durée :
14
Tarif :
149 €
75 % jeunes de moins de 26 ans
30 % demandeurs d’emploi
20% deux personnes composant le couple
(un justificatif pourra être demandé)
Ouvert à tous sur inscription
Cursus : 
1er cycle
ECTS :
2