Grâce, progrès spirituel et perfection selon saint Augustin

2020-2021 saint-augustin-centre sevres
Partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Quelle perfection en cette vie ? La question est centrale au début de la controverse antipélagienne. Pour les Pélagiens, l’homme peut être sans péché. À cette thèse, Jérôme oppose que tous les hommes sont pécheurs. La réponse d’Augustin est plus nuancée : il estime que l’homme peut être sans péché avec la grâce de Dieu, mais qu’il n’existe de fait aucun homme sans péché. Augustin déplace de la sorte le centre du débat : l’important est de reconnaître le rôle essentiel de la grâce ; on peut admettre qu’il soit possible à un homme d’être sans péché en cette vie, si Dieu lui en donne la grâce. Il en résulte une autre conception de la perfection : être parfait en cette vie, ce n’est pas être sans péché, mais y tendre avec la grâce de Dieu, tout en reconnaissant toujours son imperfection. La perfection de l’homme en cette vie est celle de l’homme en chemin qui sait qu’il n’est pas encore arrivé au terme.
Nous examinerons d’abord la position de Pélage dans la Lettre à Démétriade, une jeune fille à laquelle il propose un programme de perfection. Nous étudierons ensuite deux traités d’Augustin rédigés au début de la controverse antipélagienne. Dans le livre II de Salaire et pardon des péchés, Augustin soutient à la fois qu’il n’y a en cette vie aucun homme sans péché et que cela est pourtant possible avec la grâce de Dieu et le libre arbitre de l’homme. Ce paradoxe suscite une question de Marcellinus, à laquelle Augustin répond en rédigeant L’Esprit et la lettre, un traité qui met en lumière le rôle de la grâce et du libre arbitre au principe de tout acte bon et au principe même de l’acte de foi.
L’étude de quelques sermons fera voir plus concrètement comment Augustin comprend la perfection en cette vie. Dans le Sermon Dolbeau 30, où il retrace les débuts de la controverse, il souligne la nécessité de la prière pour obtenir la grâce d’accomplir les commandements, au lieu de penser que l’on peut y arriver par ses propres forces. Dans les Commentaires des Psaumes 38 et 61 « pour Idithun », il esquisse, à travers la figure d’Idithun, dont le nom signifie « celui qui les dépasse », la manière dont le chrétien, membre du Corps du Christ, dépasse tout le créé, mais aussi tous ceux qui lui veulent du mal, en mettant sa sécurité en Dieu, afin de s’élever jusqu’à la contemplation du Verbe.

Date de début :
mercredi 2 février 2022
Date de fin :
mercredi 18 mai 2022
Horaires :
Mercredi de 14h à 16h30
Durée :
32,5
Tarif :
333 €
Ouvert sur autorisation
Cursus : 
2e cycle
ECTS :
12

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Soirée débat
L’apport des « Sources Chrétiennes » (1942-2022)
en collaboration avec l’Institut Sources chrétiennes, à l’occasion du 80e anniversaire de la collection (1942-2022) En 1942 paraiss...
Cours
Terre, nature, cosmos. L’apport des Pères à l’écologie
Le christianisme ancien est une source d’inspiration pour penser l’habitation de la « maison commune » et la relation avec le « cosmos »....
Cours
Aux sources des Eglises d’Orient
Le christianisme ancien a trouvé des formes d’expression originales en Orient. Après un aperçu général sur les premiers écrits en langues...

Événement(s) du même enseignant

Séminaire
La liberté selon les Pères de l’Église
Pour les Pères de l’Église, le christianisme est la religion de la liberté. Ils dénoncent avec force le fatalisme inhérent à l’astrologie...
Date de début :
mercredi 2 février 2022
Date de fin :
mercredi 18 mai 2022
Horaires :
Mercredi de 14h à 16h30
Durée :
32,5
Tarif :
333 €
75 % jeunes de moins de 26 ans
30 % demandeurs d’emploi
20% deux personnes composant le couple
(un justificatif pourra être demandé)
Ouvert sur autorisation
Cursus : 
2e cycle
ECTS :
12