Approches croisées – L’idéal de la personne : saints chrétiens et Parfaits taoïstes

Temple du ciel à Pékin
Partager

Le Juste dans la tradition juive est celui qui, grâce à ses actes méritoires secrets, maintient le monde et même l’améliore. En imitant le Christ, le saint chrétien réalise sa nature profonde, qui est d’être à l’image de Dieu. « L’Humain parfait » (zhenren) désigne quelqu’un qui « sans rien faire accomplit tout », voire quelqu’un de divinisé grâce aux exercices spirituels. Souvent, en Chine comme en Occident, les personnes « parfaites » ou « saintes » sont vénérées comme des « dieux locaux », phénomène que l’on ne rencontre pas dans le monothéisme strict du judaïsme.

A propos du cycle de conférences « Approches croisées » :
Afin d’approfondir les thèmes de l’année en cours – « Corps spirituels » ; « Dieu et le Dao » – , nous proposons pour l’année 2022-2023 une série de dialogues sur des sujets proches : « Ciel/terre : quel sens métaphorique ? » ; « L’idéal de la personne : saints chrétiens et Parfaits taoïstes » ; « Monisme taoïste et monothéisme biblique : les enjeux » ; « La nature du sacrifice ». Afin d’assurer une continuité dans les développements, le dialogue sera toujours centré sur le christianisme latin et le taoïsme, représentés respectivement par Michel Fédou du Centre Sèvres et John Lagerwey de l’Institut Ricci. Mais, en fonction des sujets, d’autres spécialistes – du judaïsme, du bouddhisme – seront invités.

Cette journée d’études fait partie d’un cycle de conférences.

Toutes les dates du cycle :

Date de début :
mardi 14 février 2023
Date de fin :
mardi 14 février 2023
Horaires :
Mardi de 9h à 12h
Durée :
3 heures
Tarif :
15 €
Statut :
Présentiel et distanciel
Ouvert à tous sur inscription

Avec ces enseignant(e)s :

Événement(s) du même domaine

Conférence
Chine plurielle – La rencontre historique entre la Chine et l’Europe aux XVIe et XVIIe siècles
Si des contacts indirects ont eu lieu entre les mondes chinois et latins dans l’antiquité, si la stèle de Xi’an qui date de 781 est une preuve de l’expansion chrétienne en Asie, si des missions diplomatiques furent envoyées auprès des Mongols (Jean de Plancarpin (1245-1247) et Guillaume de Rubrouck (1253-1254), ce sont les jésuites et notamment Matteo Ricci (1583 Macao, 1601 Pékin) qui cherchèrent à évangéliser la Chine par le haut et échangèrent avec les lettrés. Ces échanges ne se limitèrent pas à l’astronomie et à l’horlogerie, ils remirent en question les visions du monde des deux civilisations.
Cours
Religions chinoises et modernité – 2ème semestre
Ce cours abordera la période, toujours en cours, de l’adaptation des religions à la modernité « aux couleurs de la Chine ». Seront abordés : le taoïsme, l’Islam et le protestantisme évangélique. Le cycle sera clôturé par un regard sociologique porté sur des pratiques « civiques ».
Conférence
Ecrans de Chine : Ma grande soeur
L’abandon de la politique de l’enfant unique re-dessine les rapports familiaux en Chine, un film de Long ZHENG, 97 min. Depuis que...
Date de début :
mardi 14 février 2023
Date de fin :
mardi 14 février 2023
Horaires :
Mardi de 9h à 12h
Durée :
3 heures
Tarif :
15 €
75 % jeunes de moins de 26 ans
30 % demandeurs d’emploi
20% deux personnes composant le couple
(un justificatif pourra être demandé)
Ouvert à tous sur inscription
Statut :
Présentiel et distanciel