Le transhumanisme, le symbolique et la Gnose

transhumanist2Soirée organisée par la Faculté de Philosophie

Les technosciences qui inspirent le transhumanisme entreprennent de supprimer l’altérité sous ses diverses formes : le mal et la finitude, le vieillissement et la mort, la reproduction sexuée et le temps… Appliquées à l’humain, elles évacuent la dimension symbolique de l’existence, par exemple en réduisant la maladie et la mort à de simples pannes qu’on doit pouvoir réparer. Cette élimination du symbolique équivaut à imposer une non-séparation ontologique et à instaurer le règne d’une immédiateté pouvant se traduire dans le triomphe des automatismes et de la « pensée intégrale ». De là à considérer le transhumanisme comme l’avatar d’un paganisme dont la Gnose a pu porter le message dans les premiers siècles de la chrétienté, c’est ce que l’exposé s’aventurera à suggérer.

Avec Jean-Michel BESNIER, Professeur à l’Université de Paris IV – Sorbonne

Télécharger le tract

Libre participation