Journée mondiale des pauvres : formez-vous sur la question des migrations

2020 pauvres Migrants peut-on accueillir tout le monde - centresevres

Le 15 novembre 2020 s’est tenue la 4e journée mondiale des pauvres. Une date particulièrement significative pour les Jésuites, car elle marquait les 40 ans du Service jésuite des réfugiés (JRS). Dans une lettre à l’association, le pape François insiste sur le « devoir vital » de « tendre la main de l’amitié aux migrants et aux réfugiés ».

A l’occasion de ce double événement, le Centre Sèvres réaffirme son engagement sur les sujets liés à la grande précarité, en particulier celui des migrants. Jean-Marie Carrière, ancien directeur de JRS Europe, est ainsi invité en janvier 2021 pour donner un cours sur les migrations.

Janvier 2021 : les migrations en question

Du 6 janvier au 10 mars prochain, Jean-Marie CARRIÈRE, jésuite, ancien directeur de JRS Europe, animera un cours sur les questions clés à propos des migrants. A l’appui de son expérience, il abordera des enjeux tels que les chiffres pour comprendre les migrations et leur pertinence ; les représentations des migrants (notamment dans les médias) ; les politiques migratoires dominantes, dont le contrôle des frontières, et bien d’autres encore. Le cours aura pour but de donner des clés d’analyse pour un débat informé et construit.

Le Centre Sèvres : un lieu pour donner du sens à l’action

« Outre l’enjeu des migrants, le Centre Sèvres s’implique chaque année sur des sujets liés à la pauvreté sous toutes ses formes, souligne Etienne Grieu, recteur du Centre Sèvres. Il propose des ressources ouvertes à tous, utiles pour réfléchir et débattre sur des sujets éthiques. »

Une offre qui aide les personnes de terrain à donner du sens à leur engagement. « La formation Croire & Comprendre que j’ai suivie pendant un an m’a fait littéralement advenir à ma parole, explique Cécile, jeune professionnelle engagée auprès de jeunes défavorisés. Les ados me questionnent sans arrêt. J’avais besoin de réfléchir à mes convictions, pour m’approprier personnellement les valeurs chrétiennes qui m’animent. »

Autre exemple, l’activité de la chaire Jean Rodhain, animée avec le Secours catholique, permet de croiser la parole des personnes en grande précarité et la recherche universitaire. Une façon de rester au plus proche de la réalité de notre société.

Jésuites : un ordre pour les pauvres ou les élites ?

Cette vocation du Centre Sèvres est intimement liée à son identité jésuite. Pourtant, la Compagnie de Jésus a la réputation de s’adresser d’abord aux milieux sociaux les plus favorisés. Une image qui date de l’implication forte des jésuites, dès leur fondation, dans les collèges, à une époque où l’enseignement de ce niveau ne concernait qu’une toute petite minorité. En réalité, la lutte contre la pauvreté, l’accueil et l’attention portée aux personnes les plus modestes et, parmi elles, celles qui connaissent de grandes précarités, sont au cœur de l’histoire de la Compagnie.

Pour aller plus loin