Félicitations à Nathalie Becquart, nommée au synode des évêque

Sister Nathalie Becquart in Versailles (Yvelines, Île-de-France) wiki 2021

Félicitations à Nathalie Becquart, nommée au synode des évêque

Religieuse Xavière, diplômée d’HEC, de l’EHESS et du Centre Sèvres, ancienne responsable de la pastorale des jeunes et des vocations au sein de la Conférence des Evêques de France, la Française Nathalie Becquart est devenue l’emblème d’une étape historique pour l’Eglise catholique. Nommée par le pape François sous-secrétaire du synode des évêques le 6 février dernier, elle est la première femme à obtenir le droit de vote dans cette assemblée. Le Centre Sèvres salue son engagement et la portée de sa nomination, qui rappelle la dimension universelle de l’Eglise et rejoint l’un de ses sujets d’enseignement et de recherche.

Une mission d’envergure

Le synode est l’assemblée chargée d’étudier les grandes questions doctrinales de l’Eglise catholique. Il est animé par des pères synodaux (évêques ou cardinaux). Il compte des auditrices et des expertes, mais ces dernières ne disposent pas du droit de vote.

Par cette nomination, le pape valorise l’expérience de Nathalie Becquart, déjà consultante du synode depuis 2019. Elle rejoint le secrétariat général, dont la mission est essentielle au fonctionnement de l’assemblée. Il incombe à ses trois membres de définir les thèmes à travailler parmi les propositions des épiscopats et d’organiser le processus de consultation. Ils constituent également un intermédiaire entre le pape, qui peut les saisir directement d’une demande, et les évêques.

La place des femmes dans l’église : un enjeu clé

Le pape François démontre aussi sa volonté de poursuivre la réforme du synode et plus généralement l’ouverture de l’Eglise aux femmes et aux laïcs. « Lors des derniers synodes, le nombre de femmes ayant participé en tant qu’expertes ou auditrices a augmenté. Avec la nomination de sœur Nathalie Becquart et sa possibilité de participer avec le droit de vote, une porte a été ouverte », a commenté le cardinal Grech.

Un enjeu qui s’inscrit dans les thématiques d’enseignement et de recherche du Centre Sèvres, avec notamment les conférences récentes d’Anne-Marie Pelletier Penser l’église avec les femmes, de Véronique Margron, présidente de la Corref, sur le thème « Faut-il réinventer l’église ? » ou encore à venir l’année prochaine, la session avec le père Luca Castiglioni, auteur d’une thèse sur le même sujet. De nombreux enseignants s’impliquent également dans le séminaire Hommes et femmes dans l’église, avec Claire-Anne Baudin, Geneviève Comeau, Clarisse Picard, Patrick Pouchelle et Alain Thomasset. Les participants mènent ensemble une réflexion anthropologique et ecclésiologique sur les conditions de relations justes et heureuses entre hommes et femmes. L’enjeu de ces relations est aussi l’humanisation de chacun, et de devenir frères et sœurs en Christ.

Un surcroît d’exigence spirituelle

Interrogée par les médias, la nouvelle sous-secrétaire place son engagement dans cette perspective : l’important est de rappeler la vocation de tous les fidèles à travailler ensemble, en Eglise. Elle-même s’inscrit comme partie prenante d’une équipe au sein du synode et dans la lignée des nombreuses femmes qui ont déjà œuvré avec l’assemblée. Elle reçoit aussi cette mission en accord avec le charisme de sa congrégation, les Xavières : faire le lien entre l’Église et ceux qui en sont loin, travailler à la réconciliation et à l’unité. 

« Cela tombe sur moi mais je le reçois aussi comme un signe de confiance pour les femmes dans l’Église, pour les religieuses, et plus largement aussi pour les laïques, en réponse à tout ce qui s’est dit durant les derniers synodes et sur lequel le Pape insiste beaucoup: l’enjeu d’associer les femmes aux prises de décisions et au discernement dans l’Église. Je le reçois comme un surcroît d’exigence spirituelle. Plus on a de responsabilité, plus on doit se mettre au service. » Nathalie Becquart

En savoir plus sur Nathalie Becquart et sa nomination :