« L’espérance ou l’ouverture de l’avenir », Geneviève Comeau, « Christus », avril 2015

L’espérance n’est pas au bout d’une argumentation, d’un raisonnement. Les « raisons d’espérer » ne suffisent pas pour vivre dans l’espérance. Et, inversement, bien des gens vivent dans l’espérance alors que les raisons d’espérer semblent leur faire complètement défaut ! Au fond, la source de l’espérance n’est pas un calcul de probabilités. Sinon, il vaudrait mieux dire « escompter », ou « supputer », plutôt qu’ « espérer ».